Accueil > Informations médicales > Le spina bifida de A à Z > Orthopédie > Intégration des problèmes orthopédiques chez l’enfant spina bifida

Vous n'êtes pas connecté(e).

S'inscrire | Se connecter
Actualités

Dernier article publié :

Fat-bone interactions in adults with Spina Bifida

Facebook Twitter
Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Intégration des problèmes orthopédiques chez l’enfant spina bifida

Les problèmes orthopédiques chez l’enfant revêtent une importance particulière liée à la croissance de l’enfant.

Introduction

A) L’importance des problèmes orthopédiques varie suivant le niveau de la lésion de la moelle épinière (cervical, dorsal, lombaire, sacré, queue de cheval).

On peut ainsi très schématiquement distinguer 3 degrés croissants de handicaps :

- l’enfant ayant peu de paralysies et qui aura une marche autonome, au maximum ayant besoin d’un appareillage mineur
- l’enfant ayant des paralysies importantes, mais compatibles avec une marche active avec appareillage lourd
- l’enfant ayant des paralysies complètes ou presque des membres inférieurs. Une marche avec béquilles et grand appareil est théoriquement possible.

L’appréciation à la naissance est à ce propos relativement simple. Des causes d’erreurs existent, mais avec un peu d’expérience on arrive à analyser les conséquences musculaires et à avoir une idée du potentiel moteur de l’enfant, et donc du handicap futur de façon approchée.

B) En pratique, cependant, il faut moduler ce schéma

- Les paralysies ne sont pas symétriques et la notion de niveau lésionnel est approximative.
- Les lésions de la moelle épinière ne siègent pas seulement au niveau de l’anomalie initiale, mais il peut y avoir des atteintes des cellules nerveuses sous-jacentes qui entraîneront par exemple des défauts de coordination dans l’utilisation des membres supérieurs, de façon inconstante et variable.
- Les paralysies peuvent s’aggraver ultérieurement malgré une opération initiale correcte. La moelle épinière peut se fixer, s’étirer avec la croissance.
- L’anesthésie, c’est à dire les troubles sensitifs superficiels et profonds, vont compliquer l’évolution (escarre) et le traitement.
- Pour les paralysies assez importantes nécessitant opérations chirurgicales et grand appareillage, les capacités de l’enfant et sa volonté vont jouer. Le rôle du milieu familial est également important à ce propos.
- Autre phénomène, bien compréhensible, la lassitude de l’enfant déçu par des interventions multiples et un appareillage encombrant, qui préfèrera à terme l’utilisation du fauteuil roulant dans le cas de paralysies étendues.
- Dernier point, jouant également un rôle majeur, l’association aux autres problèmes, notamment urinaire qui complique singulièrement les choses.

Analyse des paralysies - conséquences

Du fait de la segmentation de la moelle épinière, les paralysies prédominent toujours sur certains muscles. Ainsi les muscles postérieurs de la fesse, de la cuisse et de la jambe sont atteints électivement.
Ceci a un aspect positif. Souvent, les muscles fléchisseurs de la hanche sont actifs, ce qui permet d’amorcer la marche. Le quadriceps, muscle très important qui étend la jambe sur la cuisse, est souvent également actif. L’enfant pourra alors avancer après avoir été verticalisé.

Mais il y a également un aspect négatif, il n’y a plus d’équilibre entre muscles agonistes et antagonistes. Les attitudes vicieuses apparaissent :

- défaut d’extenseurs de la hanche (reste fléchie)
- défaut de fléchisseurs du genou (muscles ischio jambiers)
- défaut de triceps (le pied se relève en talus)
- défaut de muscles péroniers (le pied se rejette en dedans)

Autres aspects négatifs, encore plus ennuyeux :

La hanche peut se luxer du fait du déséquilibre musculaire avec prédominance des muscles internes de la cuisse (adducteurs) et des muscles fléchisseurs. Cette luxation, bilatérale, va modifier l’attitude du rachis (hyperlordose) qui va entraîner une asymétrie en position assise et provoquer également un déséquilibre du rachis.

Les pieds sont souvent déformés et fixés (pied varus équin), ce qui est peu acceptable pour la marche.

Le rachis, ultérieurement le plus souvent, peut se déformer pour trois raisons :

- malformation des vertèbres (spina bifida)
- paralysie des muscles lombaires, asymétriques
- déséquilibre lié au bassin

Dernière mise à jour : 2014-08-25 09:47:08
2011-2017 © www.spina-bifida.org - Tous droits réservés
Conditions Générales d'Utilisation | Nous contacter | Contacter le webmaster | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0