Accueil > Informations médicales > Les handicaps associés > Troubles oculaires > Spina bifida et vision

Vous n'êtes pas connecté(e).

S'inscrire | Se connecter
Actualités

Dernier article publié :

Lettre N°146 - Juin 2017

Facebook Twitter
Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Spina bifida et vision

Les enfants atteints de spina bifida paralytiques ont beaucoup plus souvent que les autres des troubles de la vue.

En raison du grand nombre de préoccupations immédiates et plus évidentes (neurochirurgicales, orthopédiques et urinaires), le déficit de la fonction visuelle est souvent décelé trop tardivement.

De plus, cette affection est rarement considérée comme un élément du Spina Bifida.

En réalité, la plupart des troubles constates sont une conséquence directe de l’hydrocéphalie. A ce titre, la déficience visuelle (qu’il s’agisse d’acuité ou de motricité oculaire) fait partie intégrante de cette maladie prise en charge a 100%.

Nous proposons d’étudier :

L’anatomie et la physiologie normales des voies optiques

- l’œil
- le nerf optique et ses rapports très étroits avec l’hypophyse et la selle turcique
- les bandelettes optiques
- l’aire occipitale du cortex (centre de la vision)
- les nerfs moteurs de l’œil

Les compressions locales en cas d’hydrocéphalie

Avec les modifications anatomiques et physiologiques provoquées par l’augmentation du volume des ventricules cérébraux sur toutes les structures cérébrales de la vision déjà citées.

Les conséquences possibles sur la fonction visuelle

- Nystagmus
- œdème papillaire (pouvant révéler une hypertension intracrânienne et un dysfonctionnement de valve de dérivation ventriculoperitoniale)
- astigmatisme
- myopie
- strabisme convergent ou divergent

Intérêt d’un diagnostic précoce

C’est un problème réel, car les enfants ont déjà tant d’examens et de contrôles chaque année, qu’il est difficile de faire admettre la nécessite d’examens supplémentaires et de
consulter un spécialiste de plus.
Il est pourtant utile, dans bien des cas, de pratiquer :
- un examen
- une recherche de l’acuité visuelle
- une recherche du champ visuel (campimétrie)
- un examen du fond de l’œil
- une skiascopie
- et parfois d’autres examens spécialises

Sans faire de surenchère dans ce domaine, nous rappelons l’intérêt particulier de la recherche de l’acuité visuelle et du fond d’œil. il y a encore trop souvent des œdèmes papillaires et des myopies méconnues et par conséquent non traitées.

Intérêt d’un traitement précoce

Il est évident que le traitement doit être entrepris le plus tôt
possible.
A titre d’exemple, nous citons le strabisme convergent qui peut guérir totalement s’il est rééduque avant 2 ans, et qui par contre risque de garder de lourdes séquelles si le traitement a lieu après 4 ans.
Il est intéressant de préciser certaines difficultés spécifiques que nous rencontrons souvent, comme le conflit possible entre les branches des lunettes et la valve de dérivation du liquide céphalorachidien (c’est une cause de rejet total des lunettes par un enfant trop petit pour expliquer ce qui le gène).

Conclusion

L’hydrocéphalie, très fréquente chez les enfants atteints de spina bifida, peut être a l’origine de plusieurs troubles de la vision (qui font ainsi partie des conséquences directes
de la malformation).

Il est essentiel de les dépister et de les traiter précocement pour ne pas rajouter un handicap supplémentaire a ces enfants déjà perturbés dans leur autonomie et dans leur vie scolaire.

Haut de page
Dernière mise à jour : 2011-05-31 12:05:05
2011-2017 © www.spina-bifida.org - Tous droits réservés
Conditions Générales d'Utilisation | Nous contacter | Contacter le webmaster | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0