La grossesse des femmes obèses génèrerait plus d’anomalies du tube neural de type Spina Bifida. Telles sont les conclusions d’une équipe de l’Université de Newcastle.

Le risque d’anomalie du tube neural serait ainsi deux fois plus élève si la femme enceinte est en surpoids. Il existerait également une augmentation significative des risques de malformation cardio-vasculaire, en particulier du septum, de la fente palatine, du bec-de-lièvre, d’atrésie anale, d’hydrocéphalie et de membres courts.

Les auteurs ont estimé que les risques absolus d’anomalie du tube neural et de malformations cardiovasculaires graves étaient plus élevés, respectivement de 0,47 et de 0,61 pour 1000 naissances chez les femmes obèses par rapport a celles dont l’indice de masse corporelle était dans la norme avant et au début de la grossesse. un argument de plus pour convaincre les femmes enveloppées ayant un projet de bébé a perdre du poids avant la grossesse.

Les malformations congénitales les plus liées à l’obésité de la mère sont notamment la myélodysraphie, une malformation de la colonne vertébrale et une anomalie du tube médullaire ou neural. Ils citent également un risque accru d’anomalie cardiovasculaire, de bec-de-lièvre, de fissure du palais, de réduction d’un membre.

Chez les femmes qui étaient obèses au début de leur grossesse, cette analyse montre pour le fœtus une augmentation significative du risque de malformation du tube neural (près de deux fois) et d’anomalie de développement de la colonne vertébrale, une myélodysraphie plus spécifiquement, avec plus d’un doublement des risques”, écrivent les chercheurs de l’Université de Newcastle (Grande-Bretagne).

3% des nouveau-nés aux Etats-Unis ont une anomalie structurelle. Parmi eux, 0,68 pour mille naissances sont affectées par un défaut du tube neural et 2,25 pour 1.000 naissances par une grave malformation cardiaque”, précisent les auteurs.

Prenant en compte les indices de masse corporelle (IMC, division du poids par le carre de la taille) et de la population féminine durant la période analysée, ces chercheurs ont évalué le risque absolu de dangers d’anomalie du tube neural ou de grave défaut cardiaque respectivement à 0,47 pour 1.000 naissances et 0,61 pour 1.000 naissances chez des femmes obèses.

Ces statistiques “sont préoccupantes étant donné l’accroissement continu de la prévalence de l’obésité dans de nombreux pays”, jugent les auteurs.

En 2004, aux Etats-Unis, un tiers des femmes âgées de 15 ans et plus sont obèses avec un IMC de plus de 30.