Accueil > Informations médicales > Le spina bifida de A à Z > Sexualité > Spina bifida et sexualité

Vous n'êtes pas connecté(e).

S'inscrire | Se connecter
Actualités

Dernier article publié :

Lettre N°146 - Juin 2017

Facebook Twitter
Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Spina bifida et sexualité

Spina bifida et sexualité, notre guide

MP3 - 34 Mo
RTL - On est faits pour s’entendre - La sexualité des personnes handicapées - 30/10/12
MP3 - 35.3 Mo
RTL - On est faits pour s’entendre - La sexualité des personnes handicapées 2ème partie - 25/04/13

Introduction

Il existe en matière de spina bifida une grande variabilité
de plaintes sexuelles. On peut rencontrer des patients
ayant des atteintes motrices et urinaires importantes et
ayant un fonctionnement proche d’une bonne santé
sexuelle. A l’opposé sans trouble de la motricité, les problèmes
sphinctériens sont fréquents et la dysérection est
parfois complète.

Les études montrent que la moitié des patients féminins et masculins porteurs d’un spina bifida sont insatisfaits de leur sexualité.

75% des hommes se plaignent de difficultés de maintien de leur érection et la plainte des femmes concerne surtout le désir.

Il faut noter que dans la population générale, il existe aussi une proportion non négligeable de personnes insatisfaites de leur sexualité et ce à tout âge.

Il ne faut pas oublier que la sexualité n’est pas une performance,
ce n’est pas un problème de capacité physique. Elle intègre toutes les dimensions de la personne, physiques certes mais aussi émotionnelles, intellectuelles et sociales. S’il existe des possibilités de correction de la difficulté sexuelle, beaucoup d’autres problèmes restent à régler notamment, l’image que l’on a de soi, le souci de la performance véhiculé par notre société, en particulier par les médias...

La prise en charge sexologique

Le premier temps sert à comprendre la difficulté et la demande du patient. Il demande une écoute attentive.

Le second temps est le temps de l’information :

Pour les patientes :

Le fonctionnement sexuel féminin est moins connu que celui de l’homme. Les patientes se plaignent de manque de désir et de manque de plaisir.
On explique les problèmes sexuels féminins par une difficulté à la mise en place de l’excitation sexuelle. L’excitation sexuelle est l’équivalent physiologique de l’érection chez l’homme. Elle se traduit par la lubrification
vaginale, elle est sous dépendance neurologique, psychique, hormonale et vasculaire.

Les préliminaires, à travers les caresses permettent normalement
la mise en place de l’excitation sexuelle. Une atteinte sensitive peut gêner cette étape du rapport. Cependant certaines femmes développent d’autres zones érogènes que les zones sexuelles, comme si l’érotisation d’une région du corps (les aisselles, le cou, les mamelons) pouvait aussi être un apprentissage.

Pour les patients masculins :
L’érection est un phénomène sous commande vasculaire neurologique et endocrinienne. On décrit schématiquement 2 types d’érection en fonction des systèmes de contrôle mise en jeu, ceux-ci dépendant de 2 zones distinctes du système nerveux central. Ces 2 types d’érection
s’associent de manière étroite.

Au cours d’une érection normale, les corps caverneux se gorgent de sang. Les cellules musculaires lisses qui régulent l’afflux sanguin se relâchent et permettent au sang artériel de remplir les corps caverneux. Les corps caverneux remplis de sang compriment les veines qui assurent normalement le drainage veineux de la verge.

L’érection rigide est ainsi obtenue.

Dernière mise à jour : 2013-04-26 14:58:18
2011-2017 © www.spina-bifida.org - Tous droits réservés
Conditions Générales d'Utilisation | Nous contacter | Contacter le webmaster | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0