Accueil > Informations médicales > Le spina bifida de A à Z > Urologie > Infections urinaires récidivantes

Vous n'êtes pas connecté(e).

S'inscrire | Se connecter
Actualités

Dernier article publié :

Lettre N°146 - Juin 2017

Facebook Twitter
Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Infections urinaires récidivantes

Toutes les personnes ayant un spina bifida ne sont pas à égalité devant les infections urinaires :

- Certains ont peu ou pas d’infections urinaires (parfois depuis des années).
- Certains ont des infections urinaires qui cèdent avec l’antibiothérapie sans récidive.
- Certains ont des infections urinaires fréquentes.
- Certains sont infectés en permanence et l’antibiothérapie est peu ou pas efficace.

L’antibiothérapie au long cours est à proscrire sauf raison impérieuse : elle affaiblit l’organisme, elle provoque des résistances aux antibiotiques, elle a des conséquences sur les intestins, etc… Cependant attention l’antibioprophylaxie au long cours peut avoir des indications légitimes y compris dans la vessie neurologique.

Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

Chez le jeune enfant, on observe une fièvre supérieure à 38°C, des vomissements, une somnolence, une irritabilité, un refus d’alimentation ou une absence de gain de poids (guide de pratique clinique britannique 2007, Nice).
Pour les enfants et personnes concernées bien souvent les urines ne sont pas claires, souvent mal odorantes. Un examen cytobactériologique (ECBU) fait apparaître des germes à 10 millions par ml d’urine pour les vessies neurologiques. Si les urines sont stériles à la sortie des reins, il y a toujours des germes dans le système urinaire en faible quantité. C’est un phénomène normal sans conséquence.

Parfois chez l’adulte, on note des douleurs en urinant (chez les personnes disposant d’une certaine sensibilité), des mictions plus fréquentes. La fièvre est souvent accompagnée de douleurs abdominales.
Les infections urinaires à répétition ont des conséquences sur le bas appareil urinaire et même le haut appareil.

Le risque majeur en dehors d’une septicémie est la pyélonéphrite (infection dans les reins). La dégradation progressive des néphrons du rein qui filtrent le sang conduit à une insuffisance rénale puis à la dialyse et à la greffe rénale quand elle est possible dans le cas des pyélonéphrites chroniques secondaires à reflux vésico-urétéral. Les infections récidivantes du bas appareil urinaire (cystite et prostatite) ne causent pas de dégâts au niveau du haut appareil urinaire si elles restent localisées.

La disparition ou le traitement efficace des infections urinaires récidivantes serait un progrès considérable pour les personnes ayant un spina bifida.

Haut de page
Dernière mise à jour : 2013-02-06 11:13:27
2011-2017 © www.spina-bifida.org - Tous droits réservés
Conditions Générales d'Utilisation | Nous contacter | Contacter le webmaster | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0