Accueil > Informations médicales > Le spina bifida de A à Z > Neurochirurgie > Hypertension IntraCrânienne (HIC)

Vous n'êtes pas connecté(e).

S'inscrire | Se connecter
Actualités

Dernier article publié :

Lettre N°145 - Mars 2017

Facebook Twitter
Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Hypertension IntraCrânienne (HIC)

Qu’est-ce que c’est ?

L’Hypertension IntraCrânienne (HIC) reflète l’augmentation du contenu de la boîte crânienne : soit du parenchyme cérébral (œdème cérébral, tumeur), soit du compartiment sanguin (hématome intracérébral), soit du compartiment liquidien (hydrocéphalie). Cette augmentation du volume non extensible entraîne une augmentation de la pression intracrânienne d’autant plus marquée qu’elle s’est installée rapidement (hématome).

Conséquences

Cliniquement l’HIC associe :

- Une céphalée prédominante en fin de nuit ou le matin initialement, puis permanente, d’aggravation progressive.
- Des nausées, parfois des vomissements faciles, en jets, qui soulagent la céphalée.
- De façon inconstante, des signes visuels (éclipses visuelles transitoires, basse de l’acuité visuelle). L’œdème papillaire bilatéral au fond d’œil confirme le diagnostic mais il peut faire défaut, notamment chez le sujet âgé.

A un stade tardif apparaissent des signes de souffrance cérébrale diffuse : ralentissement intellectuel, troubles de la vigilance et surtout des signes d’engagement (notamment mydriase) nécessitant une thérapeutique urgente.

Signes devant faire penser à une HIC

- Céphalées de fin de nuit ou matinales ;
- Soulagées par des vomissements faciles, « en jet » ;
- Troubles visuels ;
- Ralentissement psychomoteur.

Traitement

Le traitement de l’HIC repose sur :

- Le contrôle de la douleur et des facteurs aggravants : repos dans la pénombre, sédatifs, contrôle de l’hypertension artérielle, antalgiques.
- Les corticoïdes surtout efficaces dans l’œdème tumoral (voir tumeurs cérébrales).
- Les agents osmotiques (mannitol ou gycérol) efficaces en urgence mais dont l’effet s’épuise rapidement.
- L’hyperventilation contrôlée sous intubation de façon à obtenir une pCO2 à 30 mmHg (également en cas d’urgence).

Il faut surtout traiter la cause lorsque cela est possible : exérèse chirurgicale d’une tumeur, évacuation d’un hématome, dérivation d’une hydrocéphalie.

Etiologies de l’HIC

- Tumeurs cérébrales
- Hématomes cérébral, sous-dural ou extradural
- Abcès intracérébral
- HIC bénigne
- Hydrocéphalie

Dernière mise à jour : 2010-12-20 13:49:57
2011-2017 © www.spina-bifida.org - Tous droits réservés
Conditions Générales d'Utilisation | Nous contacter | Contacter le webmaster | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0