Accueil > Prises de position et revendications > Dispositifs médicaux > Communiqué de presse de l’ASBH : l’auto-sondage

Vous n'êtes pas connecté(e).

S'inscrire | Se connecter
Actualités

Dernier article publié :

Lettre N°145 - Mars 2017

Facebook Twitter
Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).
Vérifiez ici.

Communiqué de presse de l’ASBH : l’auto-sondage

L’Etat tente par tous les moyens des économies pour réduire le déficit de l’assurance maladie, ce qui est souhaitable, mais à condition de ne pas remettre en jeu la santé des patients.

Le parlement a voté en 2013 une baisse arbitraire et comptable de 5% du remboursement des dispositifs médicaux (DM) liés à l’incontinence sphinctérienne. Les prix de remboursement des DM étaient bloqués depuis plus de 10 ans ! Parallèlement les sondes urinaires à demeure ont vu leur remboursement tripler à l’étonnement de tous, et ce sans aucune justification médicale.

L’Association nationale Spina Bifida et Handicaps associés reçoit des plaintes d’usagers à qui le médecin cesse de prescrire cinq autosondages urinaires quotidiens au profit d’une sonde à demeure unique durant 5 à 6 semaines, en expliquant que la sonde à demeure est plus pratique. L’économie parait considérable mais au bout de 10 à 15 jours le patient est déjà en infection urinaire.

L’infection urinaire chez des malades incontinents neurologiques ou non est grave avec des risques de septicémie, d’insuffisance rénale, de dialyse dont les coûts sont prohibitifs mais alors indispensables car engageant le pronostic vital du patient.

N’est-ce-pas là un effet pervers de la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP) qui offre une prime à la performance conséquente en modérant les prescriptions ?

Ceci va, en tout cas, à l’encontre des recommandations des sociétés savantes comme l’Association Française d’Urologie (AFU) et du Groupe d’Etude de Neuro-Urologie de Langue Française (GENULF).

Rappelons que l’incontinence sphinctérienne concerne plus de 5 millions de personnes en France.

L’A.S.B.H met en garde les patients qui se sondent contre ces pratiques qui doivent être médicalement justifiées.

ATTENTION AUX ÉCONOMIES DE SANTÉ DANGEREUSES POUR LA SANTÉ.

Dernière mise à jour : 2014-07-15 15:46:52
2011-2017 © www.spina-bifida.org - Tous droits réservés
Conditions Générales d'Utilisation | Nous contacter | Contacter le webmaster | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0